Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 16:54

Il y a quelques jours, un ami a été très malade. Gracias a Deus, comme on dirait au Brésil, il ne l'est plus. A son chevet, je l'observais, impuissante, inutile, lutter contre la fièvre qui ne finissait pas de grimper. Ses plaies qui ne guérissaient plus étaient autant de marques rouges, presque violettes sur son corps chaud et moite, alors qu'il tremblait de froid. Dans un énième sursaut, les lèvres déssechées, il m'a regardé en lâchant: "on s'habitue à vivre". Je comprenais ce qu'íl voulait dire. J'ajouterais juste: "on s'habitue à vivre bien et on en oublie l'importance".

 

 

La plupart du temps, notre corps ne souffre pas. Il respire la santé. On peut courir sans avoir mal aux pieds, aux genoux ou au dos. On peut assister à de grands festins sans finir par avoir mal à l'estomac. On peut boire des thés chauds ou glacés sans avoir mal aux dents. On peut passer des heures devant un ordinateur sans avoir mal aux yeux ou à la tête.

 

Mais ce jour là, mon ami n'en était pas capable. Son corps ne répondait plus, il n'était pas avec moi. Sa douleur était telle qu'il perdait conscience. Pendant un instant, j'ai même cru entendre la mort ricaner au dessus de son épaule. Cet épìsode n'est qu'un mauvais souvenir. Peut-être qu'un jour, nous en reparlerons en riant, devant un verre de vin, les pommettes roses, respirant la bonne santé.

 

En attendant, je me rappelle des jeux de volonté auxquels on se soumet parfois. N'avez-vous jamais demandé à un ami: "quel est ton voeux le plus cher?" La réponse se situe souvent entre avoir et devenir. Avoir une grande maison près de la mer. Devenir un grand musicien...que sais-je! A l'inverse, avez-vous déjà entendu votre ami rétorquer : "je souhaite plus que tout être en bonne santé jusqu'à la fin de mes jours".

 

Je crois bien qu'au dessus du confort, de l'argent, de l'amour, au-delà du bonheur d'exercer un métier qui nous plait, d'avoir une passion qui nous fait vibrer, des amis qui nous réconfortent, ce qu'il y a de plus important, de plus précieux même, c'est d'être en bonne santé.

 

Au chevet de mon ami, il n'y a pas une semaine, c'est ce que j'ai souhaité plus que tout au monde. Que la fièvre descende enfin, que la douleur cesse. Qu'il reprenne cette fabuleuse habitude de vivre en bonne santé.

Repost 0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 15:10

http://us.123rf.com/400wm/400/400/kmitu/kmitu0701/kmitu070100047/726666-vieille-carte-du-monde-en-bois.jpg

 

Olivier de Kersauson écrivait dans la préface de l'un de ses livres:  "J'ai toujours trouvé indécent de ne pas aller voir partout dans le monde". 


Ces quelques mots m'avaient fait sourire. Cet homme a passé sa vie à découvrir de nouveaux spectacles avais-je pensé. Je l'enviais. 

J'avais lu cette phrase au hasard dans la boutique d'une station service sur l'autoroute en direction de Paris. Quelques minutes plus tard, j'avais repris ma place dans la voiture sans réaliser que j'étais moi aussi au coeur d'un voyage périlleux.

 

Hier et encore aujourd'hui, j'ai croisé des vacanciers faisant partie de ceux qui se précipitent d'un spectacle à un autre. Certainement par manque de temps. Ils dégainent sans retenue leur appareil photo et les clichés se multiplient. On court de monuments en monuments, de plages en plages, pour finalement constater qu'en courant, un coucher de soleil en vaut un autre. 


http://us.123rf.com/400wm/400/400/dbrus/dbrus1010/dbrus101000099/8058813-la-boussole-et-lanterne-se-trouve-sur-une-ancienne-carte.jpg


"Voir, c'est parcourir les détails"


Que peut-on exiger d'un voyageur, sinon de savoir observer? Prendre le temps de comprendre dans quel sens souffle le vent, pour enfin deviner vers quelle direction se dirigeront les nuages. Et ne pas se lamenter de l'ombre qui grandit sur soi en regardant ses pieds.

 

Nul besoin de parcourir des milliers de kilomètres pour voyager. Il suffit de donner chaque jour, un nouveau regard aux choses qui nous entourent. Comme disait Alain, "à mesure que l'on sait mieux voir, un spectacle quelconque enferme des joies inépuisables".

 

http://www.naturepixel.com/lueurs_jour_naissant_ciel_etoile.jpg

 

Enfin, pour ceux qui, rongés par la routine ne voient plus les saisons se dessiner sur le coin de leur rue, réjouissez-vous : "de partout on peut voir un ciel étoilé. Voilà un beau précipice". 

Repost 0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 14:03

Depuis le temps que des voyageurs, des Bresiliens, et tous autres amoureux de la nature m'en parlent, il fallait que j'aille moi aussi, visiter ce fameux parc national dos Lençois de Maranhenses.

 

http://www.ecoviagem.com.br/fotos-anuncios/brasil/maranhao/sao-luis/agencia-turismo/ativa-turismo/41614med5285542-parque-nacional-dos-lencois-maranhenses.jpg

Je n'ai pas vraiment la notion du temps, mais il me semble que dimanche, je suis arrivee a Barreirinhas, un petit village de pecheurs pris d'assaut par le tourisme, il faut le dire. Et pour cause! C'est la porte d'entree pour se rendre a ce fameux parc naturel. 

 

C'est parti pour une tournee des agences de voyage. Denicher les meilleurs prix, les meilleurs horaires. Evidemment, on n'atteint pas une telle merveille comme on se rend au cinema ou au restaurant. Seuls les 4X4 des agences touristiques peuvent s'y rendre. Avec guide et chauffeur. 

 

Il faut donc prevoir l'aller, le retour, une eventuelle nuit sur place... Cela me fatigue deja. Je negocie rapidemment un aller, on verra pour la suite. 

 

Me voila a bord d'un immense 4X4 10 places. On chevauche la piste de sable. Traversee des petits villages...Des enfants nous font signe. Je prefere regarder le ciel. Nous sommes au moins le dixieme 4X4 qui emprunte cette meme route. Il est a peine 10 heures du matin...

 

On arrive enfin au pied des dunes et je ne m'y trompe pas. Une vingtaine de vehicules est deja la, gares et vides. Car les touristes sont eux aussi DEJA en train de fouler les precieuses dunes. Avant de descendre, notre guide nous demande d'enlever nos chaussures, cela me console, nous sommes vraiment dans une aire protegee.

 

Allons-y! Je grimpe tant bien que mal la premiere dune. Le soleil me brule deja. Peu importe, j'ai devant moi 155 000 hectares de dunes de sable blanc qui ondulent comme des draps (lençois en portugais signifie 'draps') et parsemes de lagunes d'eau douce. Payasage de desolation pour certains, paradis qui invite au calme interieur pour d'autres...

 

Seulement voila...

http://www.temmaistudo.com/wp-content/uploads/2011/01/len%C3%A7ois-maranhenses-12.jpg

 

Accompagnee de mes 9 compagnons, nous marchons jusqu'a la la premiere 'piscine' d'eau douce. Et en realite en cette saison, il n' y aura que deux ou trois lagunes. Les autres sont assechees. Nous poursuivons notre route et rapidemment, je me sens opressee par ce brouhaha strident des touristes. Le parc nous offre un silence dont nous pouvons profiter que tres rarement! Or les voyageurs autour de moi ne font que parler... Et l'echo de tous ces mots s'envole au dessus de nos tetes et reste prisonnier des dunes!

 

Lorsqu'enfin, nous arrivons a la piscine d'eau douce, j'observe tous ces gens se jetter dans l'eau pour se rafraichir. Aucun d'entre eux n'a pris le temps d'observer cette immensite depuis le sommet de la dune. 

 

Je suis un peu grisee, je m'eloigne du groupe et essaie de me blottir au creux d'une dune pour m'isoler du son. En vain. Je continue a entendre les rires, les cris. 

 

Et puis, je prends part a une discussion avec un couple de Bresiliens venus du Mato Grosso. Nous commentons le paysage, une peite grenouille des sables nous interrompt et nous reprenons de plus belle... J'ai moi aussi fini par parler, peut-etre un peu fort. J'ai rit, j'ai plaisante, j'ai arrete de regarder et de reflechir.

 

Soit! Les Lençois sont pris en otage par les touristes, et par moi aussi.

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 15:40

J ai trouve le paradis sur terre

      http://4.bp.blogspot.com/-eQPmDGaMOSY/TgTT0TUVC_I/AAAAAAAAAqA/JBSTUe1y1uE/s1600/algodoalPOR+DO.jpg

Une petit bout de terre de 12 km sur 15 au large du Bresil...Bienvenue sur l ile d' Algodoal. Le nom de cette ile provient de l'algodon. Tout simplement parce que ses immenses dunes de sable blanc font penser a du coton.  

 

Un bateau multicolore nous embarque sur une eau claire et agitee. Des notes de reggae s echappent de quelques maisons aux alentours, c est parti pour 40 minutes de traversee

 

Arrivee sur une plage de sable blanc, je suis surprise par le silence ambiant, le calme qui regne.

 

normal me direz vous sur une ile ou il n y a aucun vehicule. Des caleches rouges jaunes vertes tirees par des chevaux viennent chercher les voyageurs surcharges.

...

Devant, des allées de sable à perte de vue. Derriere, des chemins d herbe où des chevaux brouttent en liberte, je suis sous le charme.

 

Rencontres

Sur le bateau je fais la connaissance de Sydney qui me presente à Zeca et Leila, un couple chez qui je pourrai dormir. Sur la plage, je croise Carlos et Aina qui tiennent un bar et m invitent a manger. Nous refaisons le monde avant que Jack n arrive et me fasse visiter toute l ile a pied. Une grande ballade au rythme des baignades dans une eau a 29 degres à peine rafraichissante et des quelques verres chez Josue, un bar man. Tres inspire ce jour la, le vieille homme invente une chanson qu il ecrit dans mon carnet.

 

A defaut d avoir un appareil photo pour immortaliser ces images, j ai ce fameux carnet deja presque rempli de notes et de croquis.

 

Ah oui, cerise sur le gateau, ici il n y a pas de requins ni d araignees monstrueuses, seulement des dauphins, des singes, des perroquets...

Repost 0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 19:45

Depuis quelques temps, j’entends parler d’une araignée impressionnante, non par sa taille mais par sa rapidité. Je n’ai pas de chiffres sous la main, ni de temps record à vous proposer. Jusqu’ici je n’ai fait que l’apercevoir. A peine ai-je le temps de constater sa présence qu’elle a déjà disparu. Mais aujourd’hui, le chat jouait avec quelque chose de vivant et ce n’était pas avec un cafard, encore moins avec le lézard de la douche, ou avec le crapaud qui se cache derrière la gazinière depuis ce matin. Merci Gaïa (le chat). Elle jouait avec une Phoneutria, la fameuse araignée éclair qui m’a toujours filé sous le nez jusqu’ici.


Le temps d’une petite photo dans un verre, et la revoilà dehors !

 

Cette Phoneutria fait partie de la famille des Cnetidae dont il existe plusieurs espèces : la Phoneutria nigriventer, bahiensis, boliviensis, fera, ou encore keyserlingi. Malheureusement, les quelques minutes passées en sa compagnie ne nous ont pas permis d’identifier de quelle espèce elle fait partie…Retenons tout de même deux ou trois petites choses essentielles.

 

 

100 0133

 

Un venin aphrodisiaque? 

 

La Phoneutria vit en Amérique Centrale et en Amérique du Sud. Et est dangereuse pour l’homme. Un exemple ? Une morsure de la Phoneutria nigriventer peut engendrer, en plus d’une forte douleur, une asphyxie et une perte totale du contrôle musculaire. Autre chose: une toxine composante de son venin, (la Tx2-6) provoque des stimulations nerveuses qui se traduisent par…Une érection forte et douloureuse. Du coup, certains chercheurs se sont servis de cette toxine pour élaborer un traitement des troubles érectiles.

 

100 0131

 

 

Agressivité, rapidité

 

Bref, la Phoneutria est également appelée l’araignée banane, tout simplement parce qu’on la retrouve souvent dans des bananiers, notamment au Brésil. Autre surnom un peu moins rassurant : l’araignée vagabonde. Pourquoi ? J’évoquais au début, sa rapidité, eh bien c’est de là que vient cette appellation. Agressive et rapide, elle aime les endroits frais et sombres. Voilà pourquoi on peut la rencontrer dans la maison, le garage ou sous la voiture, que sais-je ! Toujours est-il que les morsures ne sont pas rares… Pourtant, la chair humaine ce n'est pas ce qu'elle préfère, loin de là. Comme la plupart des arachnides, elle aime les insectes et pourquoi pas, les autres araignées.

 

 

Si cette araignée n'est franchement pas plus impressionnante que la Matoutou, les entomologistes nous apprennent que la Phoneutria est plus dangereuse que la célèbre veuve noire. Quelques chiffres : une dose de 0,05 mg peut tuer un homme de 80kg. Le venin de la veuve noire n’est mortel qu’à partir de 0,16mg...

 

Pour en savoir plus...

 

Un site passionnant, des images à couper le souffle: http://olivierbaudry.free.fr/GuyaneFaune.html

Repost 0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 01:59

J’ai envie de commencer par quelque chose qui nous fédère tous : la peur. Allez donc, avis à celles ou ceux qui n’ont peur de rien.  Moi, j’ai peur des araignées. Une peur certainement dûe au manque de connaissance de ces petites arachnides. Mais qui a dit petite ? 

 

Matoutou

 La Matoutou

 

C’est le joli surnom guyanais de l’Avicularia avicularia. Facilement reconnaissable, cette mygale est noire et velue avec le bout des pattes orange. Bébé, son corps est foncé, ses pattes sont blanches, et le bout de ces dernières sont noires…

 

Bébé matoutou

On trouve cette mygale peu agressive en Guyane et au Brésil. Seuls les poils de son abdomen sont urticants. Pas d’inquiétude donc, si vous la rencontrez sur le chemin de la cuisine à la salle de bain, la Matoutou est somme toute, une araignée domestique qui cohabite facilement avec les hommes. La chair humaine ne figure pas dans son menu : elle raffole des blattes, sauterelles, criquets ou encore des papillons…

 

 

 

 

 

 

Matoutou dans l'arbre

 

 

En revanche, ne soyez pas surpris si elle se met à sauter : la Matoutou est une espèce arboricole ! Vous pourrez la rencontrer sur les toitures, les troncs d’arbres, ou dans le creux des feuilles des plantes épiphytes (ce sont les végétaux qui se servent d’autres plantes comme support). Ah! J'oubliais! Je ne vous ai pas parlé de sa taille… Regardez votre main, cela vous donnera un ordre d’idée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0